bla bla

This too will pass 

Un jour, au fond d’un recueil de citations rangé au fond de la bibliothèque d’une ferme du fond de la Tasmanie, je suis tombée sur ça :

 » This too will pass.

I was taught these words by my grand mother as a phrase that is to remember and to used at all times in your life.
When things are spectaculary dreadful ; when things are absolutely appalling ; when everything is superb and wonderful and marvellous and happy.
Say these words to yourself. They will give you a sense of perspective and help you also to make the most of what is good and be stoical about what is bad. »

A ce moment là, à cet endroit là, cette lecture a mis des mots sur ce que je pensais très fort. Il y a des phrases comme ça.

J’ai oublié de noter le nom de l’auteur… honte à moi.

PS : désolée pour les non anglophones, je ne me risquerai pas à une traduction… aléatoire 😉

Sleeping Beauty, du nom de la montagne en arrière plan

Sleeping Beauty, du nom de la montagne en arrière plan

Enervée je suis 

Attention Roman !

Aujourd’hui je ne vais ni vous parler de sport ni de cinéma, mais d’un sujet totalement hors sujet avec le contenu habituel de ce blog : la condamnation d’un jeune homme ayant sous loué une chambre dans son appartement via le célèbre site Airbnb.

Rapidement, les faits : Sans l’accord de son propriétaire, cet homme (locataire sans histoires depuis 15 ans) a sous loué une chambre de son appartement, ce qui est interdit par la loi. Découvrant ça, le propriétaire (étant en réalité une Société Civile de Placement Immobilier) porte plainte contre le locataire en demandant son expulsion et un dédommagement de 16 380 euros pour « contreparties financières illicitement perçues ». « Heureusement », le tribunal d’instance a « seulement » condamné le locataire à rembourser les frais de justice engagés par la SCPI, d’un montant de 2000 euros.

1) j’ai peur que du coup beaucoup de propriétaires aillent voir sur Airbnb si leur appart’ n’est pas en location en espérant se faire quelques pepettes à l’occasion

2) COMMENT quand on est une SCPI (ou même un humain) , on peut sérieusement demander à un locataire sans histoires depuis 15 ans de lui filer 16 000 euros parce qu’il a osé sous-loué une chambre chez lui ? 16 000 EUROS ! de quoi te foutre dans la merde pour longtemps, du coup avoir besoin de sous louer, le serpent se mord la queue…

Je trouve qu’il est nécessaire de lutter contre les propriétaires d’appartement à Paris (ou ailleurs) qui louent leur bien à l’année via des sites comme Air bnb et qui ainsi s’affranchissent de l’impôt sur les revenus locatifs.

Je trouve en revanche que lutter contre les petits locataires qui mettent du beurre dans les épinards en sous-louant de temps en temps une chambre ou leur appartement, c’est n’importe quoi.

Je sais que c’est la loi, et qu’on ne peut sous-louer sans l’accord de son propriétaire. Mais très peu de propriétaires acceptent en particulier si c’est seulement pour des petits week ends. Dans d’autres pays, la sous location est légale et ça ne pose aucun problème.

J’ai découvert Airbnb en voyageant, et j’ai tout de suite été conquise par le système. J’ai rencontré des gens qui m’ont aiguillé dans la découverte de leur ville, avec qui j’ai parfois partagé un thé ou un repas. En rentrant en France, j’ai proposé à mon copain de sous-louer notre appartement à notre tour, de façon ponctuelle lorsque nous partions en week-end par exemple.

Et ceci pour deux raisons :

–          Pour arrondir les fins de mois qui sont parfois difficiles quand payer le loyer représente 50% de mes revenus

–          Mais aussi pour permettre à des voyageurs de voyager différemment, pour rendre aux autres ce que l’on m’avait parfois donné : un appartement cocon abordable au lieu d’une chambre impersonnelle et chère, un guide home made sur les meilleurs endroits de Paris et les endroits touristiques à éviter absolument, et surtout de l’échange : avant, pendant et parfois après leur séjour.

Mais revenons sur le côté lucratif de la chose puisque c’est ce qui semble poser problèmes à certains propriétaires :

Je conçois qu’un appartement sous loué en permanence pose problème, mais je ne comprends pas en quoi le fait de sous-louer en cas d’absence de quelques jours change quoi que ce soit. Si l’argument était « je ne veux pas que quelqu’un que je n’ai jamais rencontré et en qui je n’ai pas confiance habite chez moi même pendant quelques jours », je comprendrais totalement.

Or, ici c’est bel et bien l’aspect « mon locataire se fait de l’argent sur mon dos » et je dois dire que ça m’exaspère.

A Paris, les loyers sont si exorbitants qu’ Airbnb m’a permis plusieurs fois de ne pas être à découvert. En quoi je me fais de l’argent sur le dos de mon propriétaire ? Je ne me fais pas un smic par mois sur son appartement, j’essaye de rassembler de quoi m’aider à payer la somme qu’il a défini pour avoir le droit d’habiter dans 23m2.

Alors oui je pourrais quitter Paris et je n’attends que ça sauf que pour l’instant le travail est ici. Alors chers propriétaires (contre qui je n’ai absolument rien, il y en a de très biens et compréhensifs), si vous ne voulez pas voir votre appartement sous-loué il faudrait peut-être envisager de baisser votre loyer ? Quand pour le moindre 2 pièces acceptable il faut débourser 1200 euros là personne n’a l’impression de se faire de l’argent sur le dos des autres…

Malgré mon bientôt CDI, si je n’étais pas en couple je devrais rester chez mes parents ou bien louer une studette étudiante de 8m2 (étudiante, tout est dit non ?), ou bien habiter au fond de la banlieue et payer 200 euros par mois pour ma carte navigo.

Dans ce contexte, je ne comprends pas que la sous-location occasionnelle ne soit pas tolérée.

Ce n’est pas vraiment mon cas mais peut-être que pour certaines personnes, sous louer leur appartement une fois par mois leur permet de payer leur loyer tout simplement. Entre un locataire qui ne paie pas et un locataire qui sous loue occasionnellement, vous préférez quoi ?

Il y a bien sur des exceptions, mais tous les gens que je connais qui sous louent leur appartement sont des gens respectueux, qui paient leur loyer et qui rendront l’appartement dans le même état qu’ils l’ont trouvé. Mais apparemment pour certains ça ne suffit pas, l’idée que le locataire puisse se faire 100 euros par mois en sous-louant, c’est inadmissible.

Il y a peut-être des gens qui se font réellement du fric avec ça mais ils ne représentent pas la majorité, mais pourquoi se poser les bonnes questions après tout…

A Bruxelles, ils souhaitent non seulement interdire la sous location via air bnb, mais en plus ils veulent aussi interdire le couch surfing. Interdire d’être généreux, tout un concept. Je conçois bien que l’hôtellerie en souffre, mais selon moi cela fait partie des évolutions, à elle se s’adapter à ce nouveau mode de consommation et non l’inverse !

D’ailleurs en parlant de l’hôtellerie : la plupart des personnes ayant loué mon appartement étaient des français en déplacement professionnel à Paris. Des gens dont l’entreprise prend en charge l’hébergement pour la durée du séjour. Des gens qui m’ont dit qu’ils en avaient marre des chambres d’hôtel froides et des restaurants en solo. Il faudrait peut-être se remettre en question sur le pourquoi du comment avant de ne mettre en avant que l’aspect financier.

Du coup j’ai retiré mon annonce, je trouve juste ça dommage, pour nous mais aussi pour le monsieur trop gentil qui travaillait dans l’économie collaborative et qui m’avait demandé s’il pourrait revenir dans cet appartement lors de ses prochains séjours professionnels à Paris…

Je pourrais m’étendre 10 fois plus longtemps sur les droits des propriétaires et locataires, et moi qui défend plutôt les propriétaires d’habitude, je ne comprends pas la logique de cette condamnation (même si elle ne fait que correspondre à la loi, je sais).

Bref, moi et mon monde de bisounours où partage et compréhension sont de mise, on a mal au coeur.

Bonjour 2014

Nous sommes depuis 4 jours en 2014. Il est donc grand temps pour moi de me pencher sur mes objectifs et souhaits pour cette nouvelle année. En d’autres termes, quelles sont mes résolutions ?

1 – Continuer de courir en évitant les semaines vides durant lesquelles ma motivation se fait la malle

2 – Courir un 10km en moins d’une heure 

3 – Finir un semi marathon

4 – Perdre mes 6 kilos en trop.

J’ai perdu 7 kilos en Australie, et j’ai tout repris en rentrant en France. Donc je pourrais ajouter, perdre 6 kilos définitivement.

5 – Manger mieux et moins

Mon alimentation s’est considérablement améliorée, mais il y a encore du boulot. J’aime beaucoup manger, aussi mon estomac est bien trop grand par rapport à ce qu’il devrait être. C’est ce qui explique mes kilos en trop je pense, donc manger les quantités dont mon corps a besoin fait partie de mes objectifs 2014.

6 – Continuer avec plus d’intensité les sports à côté du running : musculation et gym suédoise

7 – Me mettre au Yoga ou Qi Gong 

Je pense essayer les deux pour voir ce qui me plaît le plus

8 – Continuer ce blog !

Je vais m’arrêter là, il ne faut pas se fixer trop d’objectifs si on veut les atteindre ! 8 résolutions, ça me semble bien. (Même si ces résolutions donnent l’impression que je suis une fille obsédée par deux choses : le sport et son poids ahah).

Retour sur mes résolutions 2013

L’année dernière au mois de décembre, j’étais en Australie. Et plus précisément en Tasmanie, une île au sud de l’Australie et qui est un véritable coin de paradis.

13865_10151315766340878_606779218_nLes tasmaniens sont des gens adorables, ouverts et proches de la nature. Nous avons appelé la Tasmanie « le pays des bisounours » tant nous étions étonnées par tant de gentillesse. La vie y est douce et tout semble être en harmonie avec la nature, et Hobart la capitale est un petit havre de paix.

Là-bas, j’ai découvert une autre vie. De l’autre côté de l’hémisphère j’ai découvert une autre façon de penser. Une île avec sa faune et sa flore particulière, et d’où l’on peut apercevoir des aurores australes.

C’est dans ce contexte que pour la première fois de ma vie, j’ai décidé de prendre des bonnes résolutions pour l’année 2013. Voyons si elles ont été tenues…

1 – Arrêter de fumer

L’air de Tasmanie est, paraît-il, l’un des plus purs que l’on peut trouver sur terre (proximité des vents polaires ou une histoire comme ça). Bref, ça + la nature omniprésente, fumer me semblait inapproprié à l’endroit, comme si ça faisait tâche.

Verdict : J’ai arrêté. Complètement. Je ne supporte plus l’odeur et demande à mes amis de fumer dehors. C’est bon, je crois que je suis guérie.

2 – Commencer à courir. Au moins 2 ou 3 fois par semaine

Avec l’arrêt de la cigarette, est venue une envie plus globale de prendre soin de moi et de mon corps. J’ai décidé de me mettre au sport et d’autres choses que vous découvrirez dans les résolutions 20130808_185157suivantes. Lorsque j’ai écrit ça, je courais depuis deux semaines par tranches de 5 minutes.

Verdict : Je cours une à deux fois par semaine, entre 5 et 8km pour l’instant. Je fais mon premier 10km le 26 janvier. Je pense qu’on peut dire que j’ai tenu ma résolution, même si j’avais vu grand pour le nombre de séances par semaine.

3 – Faire de la Gym Suédoise ou du sport en salle

Toujours dans mon optique « je commence le sport », je me suis directement dit qu’un complément à la course à pied serait bien.

Verdict : J’ai un abonnement à la gym suédoise. Pas d’abonnement à une salle de sport car elles sont excessivement chères vers chez moi, mais je fais du fitness à la maison (parfois).

4 – Aller plus souvent au musée ou voir des expositions qui m’intéressent

Dans ma motivation de fin d’année, je me suis dit qu’aller voir des expositions sur des sujets qui m’intéressent serait plus utile que de glander sur 9gag ou mes sites de streaming préférés durant mon temps libre.

Verdit : Fail. Je ne sais pas où part mon temps libre, mais visiblement pas assez dans les musées (sauf quand je suis allée à Lille). Ni dans mes séries d’ailleurs, que je n’ai plus le temps de regarder non plus. Je suis rentrée en France en avril et j’ai vu 4 expos à Paris depuis (et 2 à Lille qui étaient géniales). Peut mieux faire tout de même.

Expo Dynamo au Grand Palais

Expo Dynamo au Grand Palais

5 – Manger mieux

Cette résolution part de deux constats :
– En deux ans, j’ai pris 7 kilos. Jusqu’à un certain âge, manger macdo et grec tous les midis ne semblait pas avoir d’influence sur mon corps. Puis, ça a changé.
– Les plats préparés / transformés sont juste à vomir si tu te penches sur la liste des ingrédients (oui mieux vaut tard que jamais).

Verdict : Je ne dirais pas que je mange HYPER bien, mais je mange quand même mieux. Je cuisine davantage, j’essaye de manger bio quand je le peux mais bon ça reste occasionnel car au-dessus de mes moyens. J’essaye de faire le plus de choses moi-même et je n’achète plus rien de déjà préparé (sauf le kiri ❤ ). J’ai eu une ENORME prise de conscience qui peu à peu modifie mes habitudes alimentaires, même si je reste une grosse gourmande qui craque facilement 🙂

Qui achète ça ?

Qui achète ça ?

6 – Continuer les abdos

En Tasmanie avec la copine avec laquelle je voyageais, on faisait des abdos tous les jours via la vidéo Youtube « vos abdos en 8 minutes » qu’on faisait de mémoire vu que la wifi au fond de notre ferme… bah ça existait pas. C’était plutôt efficace, les résultats se voient rapidement.

Verdict : Fail. Parfois, ça me prend et j’en refais (je fais les mêmes exercices mais en me fixant un nombre et non plus une durée), mais ce n’est clairement pas tous les jours.

7 – Essayer d’écrire

J’ai toujours eu envie d’écrire un bouquin. Malheureusement, je n’ai pas beaucoup d’idées.

Verdict : j’ai un blog, ça compte ?

8 – Me mettre aux produits de beauté

J’ai jamais été très coquette, je ne sais pas me maquiller (crayon + mascara et BASTA, faut pas me parler de fond de teint je sais pas comment ça se met), j’ai jamais mis aucune crème (à quoi ça sert un gommage ?) et j’étais très bien comme ça (bon j’ai aussi la chance d’avoir une peau assez clémente) (ou alors sont-ce les crèmes qui créent une dépendance en faisant une vieille peau dès que tu les arrêtes ? Bon j’arrête la théorie du complot).
Bref, en voyant l’attirail (allégé en plus) de produits que ma copine avait ramené avec elle, je me suis posé des questions. Elle m’a raconté tout plein de trucs horribles qui vont arriver à ma peau quand je serais vieille si je ne mettais pas telle ou telle crème. J’ai donc décidé de m’y mettre.

Verdict : j’ai une crème hydratante et deux gommages, des shampoing bio et un masque bio ! Youpi, la révolution dans ma salle de bain ! Je lis quelques articles, mais j’ai quand même du mal à m’y intéresser pour de vrai… En plus, un matin sur deux j’oublie de mettre la crème. Je suis quand même une vraie fille ?

PS : Je trouve que quand on s’y intéresse et qu’on lit des articles sur les produits de beauté, il y a de quoi devenir fou. Si on les écoute, il faut mettre au moins 15 000 crèmes si on veut protéger sa peau de TOUT. J’ai découvert qu’il y avait une crème à mettre après la douche pour « soigner » sa peau du calcaire reçu à cause de l’eau.

J’ai donc envie de dire : où s’arrête le soin et où commence le marketing ? Je peux me tromper hein, mais je ne suis pas sure de l’utilité de TOUS les produits.

 Bilan : je pense qu’on peut dire que j’ai bien tenu mes résolutions !

Maintenant, va falloir que j’en trouve des nouvelles pour 2014… à suivre donc !